En 2012, donnez naissance à de nouvelles pratiques

Changez les us et coutumes, rompre avec les standards actuels trop figés de notre profession devient urgent tant dans le management de projets de promotion immobilière que dans le montage des opérations. Après dix années de confort et de luxe, les milieux immobiliers retrouvent un peu de bon sens.

Faire naître de nouvelles idées et pratiques dans le métier.

Une nouvelle année 2012 porteuse de nouvelles pratiques et idées pragmatiques. La crise a cela de bon, c’est qu’elle nous apprend à travailler différemment et élaborer de nouvelles idées innovantes.

Le problème du moment ?

Pour nos promoteurs immobiliers, il s’agit de continuer à produire pour faire tourner la machine économique et alimenter le patrimoine d’actifs des investisseurs institutionnels. Mais chercher à produire moins cher est crucial. Ce qui implique d’organiser, de mieux rationaliser le rôle des divers intervenants dans la chaîne de valeur et d’accélérer les différentes étapes du processus dans la fabrication d’un programme d’urbanisme commercial.

Bref, dans ce billet je vous propose de regarder de plus près les possibilités d’évolutions des mécanismes d’améliorations de l’immobilier à traverse de nouvelles idées structurées autour de pratiques nouvelles qui doivent émerger en 2012 chez nos promoteurs et développeurs de projets d’urbanisme commercial.

Naturellement, cela supposera de changer les mentalités des acteurs de la construction et de travailler plus efficacement.
Tant il est vrai que ces dernières années l’immobilier dans tous ses compartiments et pas uniquement dans celui de l’immobilier commercial est devenu trop cher.

Une ère post crise à gérer

Le métier est à mon sens resté figé, il est inadapté dans sa structure, dans ses produits mais aussi dans son mode fonctionnement.
Construire moins cher est non seulement indispensable mais vital pour notre secteur. Il s’agira donc d’organiser, de rationaliser, d’accélérer les différents processus. Pour cela, il faudra changer les mentalités et réformer l’acte de bâtir.

Fini les années flamboyantes, d’argent facile, de leviers financiers trop ambitieux, il faut réapprendre à rompre avec cette absurdité économique qui consiste à payer plus cher un foncier pour engranger une marge plus élevée et vendre plus vite.

En fait, selon moi, il faudra réduire les coûts et surtout rebâtir des bilans plus normés et orthodoxes en adoptant un esprit entrepreneurial.
Après dix ans de croissance, poussé par des ratios de rentabilité et de rendement aux standards aberrants, les professionnels reviennent à plus de réalisme.

Autres pistes de réflexions

Dénoncer une production immobilière restée très séquentielle, composée d’acteurs sans synchronisation à commencer par la ville, aménageur, promoteur, architecte, entreprise, commercialisateur en bout de chaîne.

Pourtant une synchronisation pourrait faire économiser jusqu’à 25 % du coût de réalisation, en plus du temps imparti aux polémiques habituelles.

Il faut en outre changer les mentalités et les méthodes de fabrication des « shopping place » en profondeur.

En France, on produit de manière rationnelle des immeubles de bureaux, des entrepôts, des plates-formes logistiques, des centres commerciaux et depuis peu des retail park (espace commerciaux unifiés). Mais l’on peut améliorer cette production avec un peu d’imagination et de bon sens.

Rôle majeur des communes dans la gouvernance des projets

Autre source majeur. Une source importante d’économies réside dans l’accélération des procédures. Il doit devenir possible d’imposer des délais aux administrations dans le cas d’opérations pluridisciplinaires par exemple, plus complexes et plus diverses.

Enfin, créer une procédure d’urgence pour les projets qui répondent à certains critères, tout en favorisant mieux le dialogue avec les autorités publiques.
Il faudra bien se poser cette simple question.

L’investissement public peut-il fonctionner sans l’initiative privée et le transfert de savoir-faire qui le caractérise dans l’ingénierie des projets.

Seul moyen d’éviter des comportements trop attentistes qui pourraient alors se révéler dévastateur pour notre économie nationale.

En temps de crise, l’esprit entrepreneurial doit prédominer.

Pour cela, il ne faudra pas demander l’impossible au privé et le laisser faire correctement son boulot pour réussir les projets de développements à mettre en oeuvre.

 

Petit Quizz
  • Utilité du post
  • Ton adopté
  • Plaisir de lecture
Total des votes
Votre appréciation (en étoiles… !)
  • Utilité du post
  • Ton adopté
  • Plaisir de lecture
Votre total

Articles récents

NOTRE ADN

Site web nouvelle génération entre le blog et le site média, notre interface remet à plat les racines du retail à l'ère collaborative en faisant de nos passions digitales des créations customisées.

Promesse Retail Buzz

Nous voulons donner à réfléchir, découvrir et savourer notre métier en proposant une façon originale de communiquer sur divers supports.

NEWSLETTER