immobilier commercial, soldes

La Vallée Village fait carton plein

Ca tourne plein régime dans cet retail mall parisien

La Vallée Village n’est plus réellement à présenter (ou bien si je décide de le faire, ça ne sera pas tout de suite), il s’agit tout simplement du meilleur outlet d’Ile de France selon moi (au niveau des marques retail représentées, de l’expérience d’immobilier commercial client et des prix pratiqués).

Malgré les invitations que je reçois pour participer à leurs nombreuses offres de type Ventes Privilèges et Avant Premières, je sais bien que les affaires complètement délirantes se font pendant les Soldes ou un peu après quand on se met vraiment à acheter n’importe quoi tellement c’est donné. C’est pourquoi je continue régulièrement d’y aller.

C’est donc plein d’espoir que je suis allé à la Vallée Village ce samedi 29 juin 2013 (premier samedi des Soldes retail donc, on pouvait déjà prévoir la mauvaise idée).

Comment y aller?

Il ne faut pas rêver, la Vallée Village c’est loin, très loin quand on habite l’ouest parisien ou qu’on vient de la banlieue sud-ouest… (notre cas)

En gros il faut compter 6,50€ pour un aller simple en RER, ou bien payer une navette une vraie fortune ou bien y aller en voiture mais c’est également long et il y a du monde sur cette autoroute.

Pour cette fois, pas le choix, nous y sommes allés en RER pour rejoindre ma mère et rentrer en voiture par la suite (qu’est-ce que c’est long quand même). Le retour fut également épique car A86 impossible (accident au retour comme à l’aller), périphérique, idem donc vive la francilienne! (c’est quand même long, long, long)

Y a du monde pendant les soldes?

Mis à part l’impasse pour Ralph Lauren dans lequel j’adore fouiller et trouver le black label à -90%, je n’ai pas vraiment souffert de l’attente puisque je ne suis tout simplement pas allé dans les magasins susmentionnés.

Mais alors que peut-on acheter?

A la base, j’y allais pour acheter un smoking D&G ou Dolce&Gabbana mais bon ils ne l’avaient plus en stock (ça m’apprendra à ne pas l’acheter à -30% et à attendre d’hypothétiques -50% sur le prix La Vallée) donc tout à coup, j’avais un gros budget à dépenser ailleurs et comme je venais de recevoir une belle prime de vacances, j’avais de quoi faire.

First stop à Paul & Joe:

Je ne suis pas forcément très fan des collections féminines de Paul&Joe car je n’y vois pas forcément la valeur ajoutée mais pour les hommes, c’est tout à fait autre chose. J’adore leurs imprimés et leur parti-pris très engagé, bref, on est loin de qqch d’hyper-portable ou de main stream comme The Kooples/Sandro/Armani, etc.

Il y avait donc bcp d’imprimés plus improbables les uns que les autres et un monde de fou, donc impossible d’essayer quoi que ce soit sans faire une queue de 15 minutes… Or je n’aime pas attendre, donc j’ai essayé les chemises par-dessus ma chemise (non on ne se déshabille pas à la Vallée Village comme dans les ventes privées car il y a des cabines d’essayage sauf si on veut se faire sortir par la sécurité) et bingo, une chemise avec un imprimé un peu Chine 50′s avec des fleurs rouges en version manche longues.

Oui, c’est du délire total.

En arrivant par la gare RER, il n’y a pas le choix, on doit traverser le Centre d’immobilier Commercial classique Val d’Europe pour arriver à la Vallée Village. On se rend donc déjà un peu compte de l’horreur ou du bonheur que ça va être.

Mauvaise pioche pour ce samedi, il y avait un monde de malade à Val d’Europe, ce qui n’augurait rien de bon pour la Vallée Village. Mais une fois arrivé, comment dire… Force est de constater que les marques qui ont le plus d’attente pour rentrer ne sont pas forcément les marques que j’achète (donc au final, plutôt bonne pioche).

Alors, au niveau de « Mais ces gens sont fous! », nous avions Polo Ralph Lauren (déjà c’est l’angoisse tellement il y a du monde en temps normal, mais là, pour les soldes, il y avait une queue permanente de trente personnes et j’ai préféré ne même pas regarder à l’intérieur), Lacoste, Longchamps, The Kooples (sans doute l’attrait de la nouveauté car ça n’était pas très intéressant… voir plus bas), Michael Kors (comme quoi, cette marque a son public, ce dont je n’ai personnellement jamais douté), un peu Tod’s (énormément de touristes chinois pour Tod’s) et un peu Armani.

30% de réduction sur le prix la Vallée donc 74€ au lieu de 124€ et qqs (soit une réduction de 61% sur le prix de base). Avec un prix de base à 190€.. Bon Paul & Joe c’est cher quand même (à titre de comparaison, une chemise Gucci classique pour le bureau c’est 195€… faite en Italie) pour du « Fait en Lithuanie » rappelons-le (et du lavage à main uniquement, argh).

Ce qui est marrant chez Paul&Joe d’ailleurs c’est le pricing… Il y avait des pulls magnifiques (turquoise et rayé) à 66€ moins 30% et à côté des T-shirts tout à fait quelconques et dans l’air du temps à 66€ également…

Il y a aussi des vestes confectionnées en France à 309€ plus -30%.

Les vendeuses n’ont pas vu d’un très bon oeil que j’essaie mes chemises à la sauvage et encore moins que je veuille déranger leurs étals en remettant mes chemises n’importe où mais bon, à ce moment-là, je n’ai pas pris la mouche donc emballé c’est pesé, on pouvait repartir.

Second stop Burberry :

Bon c’est pas pour dire, mais je ne comprends plus du tout ce qui fait se déplacer les gens chez Burberry…

Les accessoires sont un peu cheap je trouve, la collection Prorsum (qui coûte clairement une fortune) est la seule qui vaille le coup, les vêtements sont faits en Asie du Sud-Est, le magasin est bondé…

Bref, on entre et on ressort épuisé et énervé 🙂

Retrouver l’article d’Adrien Dixneuf

 

 

Petit Quizz
  • Utilité du post
  • Ton adopté
  • Plaisir de lecture
Total des votes
Votre appréciation (en étoiles… !)
  • Utilité du post
  • Ton adopté
  • Plaisir de lecture
Votre total

Articles récents

NOTRE ADN

Site web nouvelle génération entre le blog et le site média, notre interface remet à plat les racines du retail à l'ère collaborative en faisant de nos passions digitales des créations customisées.

Promesse Retail Buzz

Nous voulons donner à réfléchir, découvrir et savourer notre métier en proposant une façon originale de communiquer sur divers supports.

NEWSLETTER