advantail, marques, luxe

Comment le marché de l’outlet a démocratisé le luxe ?

Eh oui bientôt la rentrée ! Plutôt que de tatouer vos enfants aux marques qui vous font rêver, vous pourrez désormais vous offrir ces grands griffes à prix réduits. Vous l’avez sans doute remarqué, les soldes ce n’est plus ce que c’était. Et c’est plutôt une bonne nouvelle.

Pourquoi ? C’est simple, on verra plus de crêpages de chignons sur les articles convoités, fini aussi, les interminables files d’attentes aux cabines d’essayages et aux caisses. Alors pourquoi, ce n’est plus la grand messe du retail d’autrefois et pourquoi de nouvelles solderies marchent du tonnerre.

On s’intéresse à ces questions pour essayer d’y voir un peu plus clair et surtout comprendre l’engouement de ces nouvelles solderies de luxe, haut de gamme, qu’on voit émerger un peu partout en France et en région parisienne qui offre des solutions de déstockages à très bon marché.

Je vous propose dans cet article d’explorer 4 pistes de réflexion qui tentent d’expliquer pourquoi et surtout comment le luxe se popularise :

  1. Le client roi réclame un commerce décomplexé.
  2. Du shopping chic à prix choc.
  3. Place à un business model anti-crise.
  4. L’outlet, plutôt un produit masstige (prestige de masse) que mass-market

 

Pour un commerce décomplexé

Ce qui est sûr, aujourd’hui, c’est que les périodes traditionnelles de soldes dans l’hexagone n’ont plus le même retentissement que par le passé.

On voit bien que les magasins physiques ne connaissent plus la foule d’antan, il suffit de lire les coupures de presse qui circulent sur le Net. Et pour cause, les soldes classiques durant les périodes légales sont belles et bien passées de mode.

Du temps où le monde numérique n’avait pas encore bouleversé nos habitudes de consommation. Alors, comme je ne me contente jamais de lire les médias, curieux, j’y suis allé pour voir et constaté par moi-même en me rendant dans le haut lieu du commerce, le linéaire du boulevard Haussmann. Et j’y suis allé pour prendre l’ambiance et tenter de constater ces changements et raisons de cet appétit pour les grandes marques.

Shopping chic à prix choc

Et c’est vrai qu’il y a encore du monde mais on sent bien que l’évènement n’est plus aussi impactant qu’avant. Du coup, j’ai vu les gens faire leur emplettes, plus peinards, sans se bousculer et sans se mettre une grosse pression à dénicher le bon la bonne affaire. On sent la fin d’une époque. Un jour presque ordinaire, finalement !

Je vous laisse imaginer, qu’avec le temps pourri, qu’on a connu ces temps-ci, les stocks s’accumulent dans les arrières boutiques. Je n’ose même pas imaginer le désarroi des commerçants du centre ville durant cette période de grand gèle. Partout les chiffres d’affaires baissent. Internet, serait-il le grand responsable de ce changement. Oui et Non madame la marquise…

Il faut aussi dire, que les enseignes n’attendent plus les soldes pour consentir de gros rabais aux clients, d’une part. Et que les réductions sont là toute l’année. Sans compter les ventes privées réservées aux clients fidèles internautes. Les résultats de notre champion national du déstockage sur Internet Ventes privée.com continuent de croître. Un nouveau phénomène vient prendre sa place dans le paysage du retail et de l’immobilier commercial moderne : les solutions de déstockage de marques chic à des prix choc.

L’Outlet en modèle anti-crise

Aujourd’hui, c’est : Usines center à Paris Nord, qui se refait une beauté, c’est le complexe de la Vallée Village au Val d’Europe imaginé par l’américain Value Retail dans l’est parisien. Lequel vient de muscler son offre d’une vingtaine de nouvelles marques et puis demain, il faudra compter d’autres projets. Aussi ambitieux qu’audacieux, One Nation Paris de la foncière spécialisée en immobilier commercial Catinvest – dont je vous ai déjà présenté ici les principaux fondamentaux – qui se lance dans l’aventure des magasins de marques épaulé par la société Advantail, le spécialiste français de la location et commercialisation de l’Outlet mall.

Enfin, il y a quelques jours seulement, j’apprends le grand retour de Marques Avenue et son patron Alain Salzman – qui n’est pas une grande surprise, ce groupe créé il y a une quizaine d’années avait défriché l’hexagone et ne pouvait pas rester bras croisés ! C’est connu, à deux, on est plus fort. Alain Salzman, patron et fondateur de Concept & Distribution a décidé d’unir ses forces au groupe Altaréa-Cogedim pour aider le groupe à reconvertir un Retail park (tout neuf et déjà malade) implanté en région parisienne à Aubergenville, non loin du projet One Nation Paris et le transformer en Marques Avenue A13 (en référence à l’axe autoroutier d’approche).

De quoi, donner du grain à moudre aux marques qui souhaitent toucher un nouveau public qui s’initie au haut de gamme et produits de luxe.

Les fondements de ces concepts de niche

Tous ces concepts d’Outlets ou magasins de marques de « nouvelles générations » tournent à plein régime en période de crise car ils proposent à leurs clients de se faire plaisir tout en faisant de bonnes affaires.

En effet, comment résister à la tentation de se payer des produits discountés dans une fourchette allant de 30 à 70 % voire plus ?

Et là, il y a de véritables affaires à saisir, surtout quand il s’agit de grandes marques et griffes de renom, au demeurant inaccessibles par les clients qui fréquentent les centres mass-market.

Rien à voir avec l’ancienne génération des magasins d’usine. Ces nouveaux lieux proposent de vous accueillir dans des espaces qui ressemblent plus à des usines de déstockage mais à de beaux villages, oui village avec la petite place, les maisonnettes, la fontaine et les bancs… et puis ce concept One Nation Paris qui fait le pari de mettre des marques du luxe dans un mall soigné, chic qui propose une expérience de shopping inédite, où l’on a pensé à tout pour mettre en majesté les marques et offrir les services que l’on trouve dans nos anciens grands magasins parisiens.

Bref, des solderies au luxe accessible à tous qui ont, on l’aura compris, fini par atténuer le caractère exceptionnel des périodes de soldes traditionnelles au profit de désirs de clients (de toutes générations et tous pays !) désireux d’avoir le meilleur, au meilleur prix au meilleur moment qui invite à bien dépenser ses sous en période de vaches maigres !

Ah oui, petite précision, je vous rassure d’emblée, la photo en illustration n’est qu’un photo montage. Le bambin représenté n’a ni été tatoué ni même perturbé dans son acte de succion pour prendre la pose…Encore la magie des outils technologiques modernes.

Et vous ? Etes-vous toujours sensible aux périodes de soldes ? Avez-vous les marques dans la peau ? N’hésitez pas à partager vos avis et vos expériences dans les commentaires.

 

Petit Quizz
  • Utilité du post
  • Ton adopté
  • Plaisir de lecture
Total des votes
Votre appréciation (en étoiles… !)
  • Utilité du post
  • Ton adopté
  • Plaisir de lecture
Votre total

Articles récents

NOTRE ADN

Site web nouvelle génération entre le blog et le site média, notre interface remet à plat les racines du retail à l'ère collaborative en faisant de nos passions digitales des créations customisées.

Promesse Retail Buzz

Nous voulons donner à réfléchir, découvrir et savourer notre métier en proposant une façon originale de communiquer sur divers supports.

NEWSLETTER