catinvest, catteau, consommation

VIDEO. L’hypermarché « à la française » devient un grand magasin de proximité

L’hypermarché se met au diapason et entame sa révolution.

On se souvient tous de la phrase lancée par Marcel Fournier en juin 1963 : «demain, soit je suis riche, soit je suis ruiné».

On le sait bien, une aventure se fait toujours par des rencontres et avec le concours des frères Defforey, l’homme se lance dans un pari immobilier un peu fou. Celui de concevoir de «grands magasins retail» de France et à l’époque, ne l’oublions pas, des surface de 2500 m2 étaient considérées comme des magasins de grandes tailles et voilà que naissait le premier concept d’hyper-marché de l’époque à Sainte-Geneviève-des-Bois en Essonne.

No connect, no business

Il faut croire que l’audace de ces pionniers et sans doute l’appel à la protection des grandes divinités ont fini par payer. Avec des prix jusqu’à 30 % moins cher que chez ses concurrents, la règle qu’on eu de cesse d’appliquer « no parking, no business » prend une nouvelle tournure dans le monde du Net et contraint les magasins à connecter leur offre de produits.

Commerçants dans l’âme

50 ans plus tard, 93 % des français continuent d’aller au moins une fois par mois faire leurs courses dans un hypermarché. Mais l’intérêt du modèle de l’époque portait sur l’avantage d’offrir un parking gigantesque capable d’accueillir plus de 450 places – au passage, béni par le curé du village –  bondé de voitures attirées par les deux pompes vendant de l’essence à 0,93 franc le litre (oui, c’était le franc à une époque pas si lointaine !). Le début d’une grande aventure qui donnera des idées à nombre de familles de commerçants qui ont suivi le modèle de consommation de l’époque, il s’appellent Gérard Mulliez avec la marque Auchan, ou Cédico (cédé au groupe d’immobilier commercial Tesco depuis) pour la famille Catteau, sous l’égide de Louis Catteau, dont l’ADN reste des décennies plus tard, celui d’être un bon exploitant avant d’envisager de fonciariser son activité immobilière.

Chacun s’est ensuite doté de véhicules d’investissement d’immobilier commercial et de retail propres. Immochan pour les Mulliez, Mercialys pour Casino et Catinvest pour les Catteau, les stratégies de développement de ces commerçants restent en phase avec les nouveaux modes de consommation et structures des familles actuelles et se partagent le marché avec les autres Leclerc, Intermarché et Système U.

Alors bien sûr, les temps ont changé depuis et la concurrence se développe de toutes parts: les magasins hard discount, les drives, l’e-commerce, ne cessent de croître et ont freiné le développement des hypers.

Fin de la consommation frénétique

Je ne sais pas vous, mais moi, j’arrête pas d’entendre la même rengaine. Depuis dix, on prédit la fin de l’hypermarché en raison du changement des comportements des consommateurs et des mutations du retail immobilier. C’est pourtant oublier la nature fondamentale du commerçant : sans cesse adapter son outil aux besoins de ses clients et anticiper l’avenir du commerce où qu’il soit.

Alors pour illustrer ce propos, un petit film sur l’histoire de la distribution qui revient sur les évolutions de la consommation des années 60 et détaille sa vision sur l’avenir du modèle de l’hypermarché qui s’annonce comme un appareil en perpétuel changement ressemblant de plus en plus à un « grand magasin de proximité » dont le panier moyen diminue mais toujours toujours en phase avec les désirs de consommation des clients de demain.

Regardez plutôt et dites moi si vous aussi pensez que l’hyper va rebondir et offre un nouveau rapport à la consommation.

Le sujet vous passionne ?

Pour aller encore plus loin dans l’histoire de la distribution française :

Je vous recommande ce blog de référence « Carrefour, un combat pour la liberté » et les travaux de son auteur Yves Soulabail sur la success story de Carrefour, dans lequel vous trouverez une foule d’informations et ce petit film vidéo sur les principes fondamentaux du commerce. Un document rare où l’on y voit Marcel Fournier revenir sur l’importance de la taille du parking et la productivité du personnel.

Petit Quizz
  • Utilité du post
  • Ton adopté
  • Plaisir de lecture
Total des votes
Votre appréciation (en étoiles… !)
  • Utilité du post
  • Ton adopté
  • Plaisir de lecture
Votre total

Articles récents

NOTRE ADN

Site web nouvelle génération entre le blog et le site média, notre interface remet à plat les racines du retail à l'ère collaborative en faisant de nos passions digitales des créations customisées.

Promesse Retail Buzz

Nous voulons donner à réfléchir, découvrir et savourer notre métier en proposant une façon originale de communiquer sur divers supports.

NEWSLETTER